Zotero et les autres…

Pour des raisons diverses, j’ai dû récemment écrire une note sur des concurrents de Zotero. Je partage ici une partie de ce que j’ai pu trouver.

Faire une note sur les logiciels de gestion des références bibliographiques est une gageure. Il y a de nombreux programmes sur le marché dans ce domaine – au moins une trentaine. Il en existe plusieurs groupes : ceux qui sont strictement web – souvent plus sociaux que les autres (Connotea, CiteULike) ; ceux qui mélangent applications Desktop et réseau social sur le web (typiquement Zotero et Mendeley) ; les vieux de la vieille, peu ou pas connectés, ignorant superbement le « Web 2.0 ». Certains valorisent l’exploitation des résultats de la recherche – comme Mendeley, qui permet de connaître qui télécharge vos articles, quels sont les articles les plus lus, etc ; d’autres plutôt le stockage et la gestion des données de la recherche – comme Zotero, si l’on en croit une interview (plutôt ancienne) de Trevor Owens.

Il existe d’autres différences. Bibus ou Zotero son Open Source. Endnote, l’historique, ne l’est pas du tout. Certains sont gratuits, d’autres incroyablement payants, surtout quand ils attaquent les concurrents Open Source, sans succès. Certains sont soutenus par un éditeur (CiteULike et Springer), ce qui n’est pas tout-à-fait neutre.

La question de l’Open Source n’est pas sans intérêt pour les chercheurs : c’est une plus grande garantie que vos données – le coeur de la recherche – restent elles-mêmes ouvertes, que vous ne vous emprisonniez pas dans des logiciels propriétaires, souvent peu enclins à laisser partir leurs clients et donc entravant souvent la conversion des données vers d’autres formats.

Je ne vais pas ici faire un énième comparatif entre ces logiciels. Je vais me contenter d’indiquer deux références qui me semblent être les plus intéressants :

Un autre question qui a émergé du travail autour de cette note est la suivante : qui utilise ces logiciels ? En d’autres termes, chez les chercheurs en sciences humaines, particulièrement chez les historiens, combien sommes nous à utiliser zotero ou Mendeley ?

Une petite statistique issue de Mendeley : l’article le plus lu est issu de la biologie expérimentale et a été consulté par plus de 1600 membres de Mendeley. L’article le plus lu en sciences humaines l’a été par… 36 membres de ce réseau social pour chercheur. C’est un livre, et non des moindres : The invention of tradition, co-dirigé par Hobsbawm, historien britannique majeur, et T. Ranger. Le second est Imagined communities, de Benedict Anderson, autre très grande référence – il a été lu par 28 membres de Mendeley (les chiffres datent du 15 novembre 2010).

En clair, nous avons encore beaucoup d’« évangélisation » à mener, car l’investissement des chercheurs en SHS dans les réseaux sociaux qui leurs sont destinés n’est pas le moindre des enjeux.


Frédéric Clavert

Docteur en histoire contemporaine, Frédéric Clavert a étudié les sciences politiques et l'histoire contemporaine à Strasbourg et à Leeds. Ses recherches touchent aujourd'hui de plus en plus aux sources de l'historien.ne à l'ère numérique. Passé par Strasbourg, Paris-Sorbonne et Lausanne, il est désormais chercheur au Center for Contemporary and Digital History (C2DH) de l'Université du Luxembourg.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Marchand Stéphane dit :

    La comparaison est intéressante. Je suis aussi utilisateur (un peu) militant de Zotero, mais je pense qu’il ne faut pas s’enflammer pour autant et passer sous silence certaines limites de Zotero. Notamment le fait que :
    – Zotero ne permette pas de traiter globalement des notices, ce qui est utile quand on fait de l’import, par exemple pour enlever les [texte imprimé] dans les notices SUDOC
    – les bibliographies en ligne ne peuvent ni être classées ni être interrogées. Donc pour l’instant elles sont en réalité non utilisables scientifiquement. Là-dessus les bibliographies en ligne générées par Refworks sont quand même de meilleurs qualités.

  2. Les deux limites mentionnées sont importantes (même si à titre personnel je n’ai jamais eu à traiter globalement des notices). Et je crois qu’il y en à d’autres. L’édition des styles manque d’un utilitaire (Bibus, je crois le permet facilement) pour les créer facilement – mais ce n’est pas une limite propre à zotero. Je trouve également que la fonction de recherche nécessite de grandes améliorations.

    Pour les limites des bibliographies en ligne, il me semble qu’il est prévu de notables avancées des fonctionnalités du serveur de zotero.

  1. 18 novembre 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Frédéric Clavert and Hypothèses billets, Régis Robineau. Régis Robineau said: Zotero et les autres… | Zotero francophone http://bit.ly/bzxwZt […]

  2. 6 novembre 2013

    […] pour chercheurs [1] m’a poussé à me poser une question que j’ai déjà effleurée ici ou […]

  3. 8 novembre 2013

    […] Un récent débat autour du libre accès aux données et publications scientifiques et d’un réseau social pour chercheurs [1] m’a poussé à me poser une question que j’ai déjà effleurée ici ou là. […]

  4. 26 mars 2014

    […] Un récent débat autour du libre accès aux données et publications scientifiques et d’un réseau social pour chercheurs [1] m’a poussé à me poser une question que j’ai déjà effleurée ici ou là. […]

  5. 21 mars 2016

    […] ouvert à l’ensemble du public –, m’a poussé à reprendre une réflexion, entamée ici, sur les usages des réseaux sociaux pour chercheurs, particulièrement en […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *