Produire une bibliographie commentée, collaborative et réutilisable… retour d’expérience de 3 étudiants

Billet rédigé par ✏️ Alissia Hugo, ✏️ Marianne Cheneval et ✏️ Thomas Laffet

La rédaction du blog Zotero francophone est très heureuse d’accueillir un billet invité d’Alissia Hugo, Marianne Cheneval, Thomas Laffet, étudiant·e·s en dernière année Bachelor à la Haute école de gestion (HEG) de Genève, filière Information documentaire. Le mandat a été confié aux étudiants fin d’année 2020 par l’Infothèque de la HEG de Genève, dans le cadre d’un projet qu’ils devaient mener sous la supervision de Tiffany Gerber. Il consistait à produire une bibliographie commentée sur les « bibliothèques et espaces de création numériques ». Le résultat de leur travail est accessible sur https://www.zotero.org/groups/2601500/labiblio.
Ce retour d’expérience est publié en même temps que le billet « Produire des bibliographies annotées« , qui traite des différentes façons de produire une telle bibliographie avec Zotero.

Pour ce projet de bibliographie collaborative, nous avons dû respecter certaines contraintes et bonnes pratiques, liées au travail à plusieurs, et à la cohérence du travail.

  • Travail en groupe : Nous étions 3 étudiant·e·s, ainsi que notre mandant et professeur. Notre mandant a créé la bibliothèque Zotero de groupe, puis nous a invités tous les trois, avant de nous donner les droits d’admin. Ainsi, nous pouvions ajouter, modifier et supprimer les collections et références.
  • Langues : Pour ce travail, les langues des publications devaient être comprises par les mandants et par nous. Les langues retenues ont donc été le français et l’anglais. Nous avons écarté l’allemand, car aucun de nous n’était à l’aise pour faire des recherches et des lectures dans cette langue.
  • Publication : À la demande du mandat, les documents devaient être postérieurs à 2015.
  • Commentaires : Pour chaque référence, nous devions produire un court commentaire attaché à cette référence. Nous avons choisi l’option “Notes” de Zotero, qui permettait de garder le commentaire directement attaché à la référence. Chaque commentaire devait être signé, c’est pourquoi nous avons choisi d’utiliser nos initiales en fin de commentaire. Les commentaires ont été rédigés en français, notre langue maternelle, et une langue parlée par la plupart des personnes intéressées par cette bibliographie.

Les solutions choisies

Nous avons choisi d’adopter une stratégie de recherche basée sur le modèle de l’entonnoir. Dans un premier temps, nous avons réalisé des recherches larges individuelles afin de nous familiariser avec le sujet et dans un second temps, nous nous sommes concertés sur les thèmes plus précis à creuser. Une fois les thèmes répartis entre nous, nous les avons affinés avec des mots-clés plus sélectifs. Par exemple, lorsque nous recherchions plutôt des réseaux professionnels d’espaces de créations numériques ou bien lorsque nous ne nous tournions que vers certaines catégories d’espaces de créations numériques (hackerspace, makerspace ou fablab).
Concernant les monographies, nous nous sommes répartis les ouvrages sélectionnés sur les différents catalogues de bibliothèques (NEBIS, RERO, swisscovery) et nous les avons parcourus de manière individuelle.

Organisation de la bibliographie

Tout d’abord, nous avons analysé ce qui nous était demandé par notre mandant. Ce dernier souhaitait obtenir une bibliographie commentée comprenant 25 à 30 références récentes de tous types (publications scientifiques, professionnelles, retours d’expériences, sites web…). Ensuite, nous avons lu l’article de Pascal Martinolli intitulé Optimiser l’organisation de sa bibliothèque qui nous a aidé à décider d’une stratégie d’organisation. Dans cet article, l’auteur propose trois options : soit un classement personnalisé (bonnes pratiques ignorées), soit un classement par collections, soit un classement par collections combiné avec un système d’indexation par marqueurs.
Sachant que la bibliographie que nous allions fournir allait continuer à être alimentée par la suite, et donc qu’elle regrouperait plus que les 25 à 30 références demandées, nous avons voulu anticiper les possibles problèmes d’organisation. Nous avons opté pour un classement par collections. Nous avons donc choisi de créer des catégories selon le thème abordé (associations, conseils, références théoriques, retours d’expériences). Nous y avons ajouté deux autres concernant les ressources qui devaient encore être analysées et celles qui n’ont pas été retenues. Enfin, la bibliographie n’a pas été classée par type de documents, car c’était un souhait de notre mandant.

Les zones de notes

Chaque ressource comportait une note qui détaillait les particularités, les avantages et/ou les inconvénients du document auquel elles étaient liées. Ces notes n’étaient pas des résumés, mais des commentaires critiques. Premièrement, cela permettait de fournir à notre mandant une justification quant à nos choix. Ensuite, ces commentaires devaient être utiles à toute personne intéressée par le sujet a posteriori. Pourquoi est-ce que la ressource a été retenue ? Qu’est-ce qu’elle apporte d’utile, d’intéressant ? Pourquoi lire cette ressource, ou certaines parties de cette ressource ?
Pour finir, ces notes ne comportaient aucune contrainte si ce n’est qu’elles devaient être signées de manière uniforme par leur auteur/autrice. Pour ce faire, nous avons choisi d’utiliser nos initiales en majuscules (Prénom Nom) que nous placions à la fin des commentaires. Comme indiqué sur la page d’accueil du groupe Zotero, les commentaires sont publiés sous licence CC BY pour faciliter leur réutilisation (incluant leur traduction).

Apprentissage personnel

Tout d’abord, ce travail était l’occasion parfaite pour nous mettre à utiliser Zotero. Nous avons pu comprendre le fonctionnement du logiciel, ainsi que les avantages qu’il présente. Nous ne doutons pas que cet apprentissage nous sera utile tant dans notre pratique professionnelle future que dans la réalisation de notre travail de Bachelor. Zotero se révèle essentiel pour moissonner des sources en ligne ainsi que pour les trier et produire une bibliographie fournie.

Si nous devions refaire une bibliographie commentée, nous ajouterions une introduction présentant le sujet ainsi que le contexte du mandat. Un mode d’emploi détaillant comment nous avons organisé notre travail, par exemple une explication quant au choix des catégories, aurait également été une bonne initiative pour que les professionnels qui continueront de l’alimenter puissent bien la prendre en main.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search