Apporter de petites modifications à un style bibliographique

Billet rédigé par ✏️ Nicolas Chachereau, avec les relectures et améliorations de 🔍 Frédérique Flamerie, 🔍 Raphaël Grolimund et 🔍 Pascal Martinolli

Photographie de Gabriele Lässer – Licence: Free for commercial use, No attribution required –
Source: https://pixabay.com/photos/sewing-kit-thread-scissors-5063401/

Pour vous, Zotero remplit bien son rôle – à un petit détail près ? Vous l’utilisez bien sûr pour gérer et citer vos références. Dans le dépôt des styles, vous avez sélectionné celui qui correspond le mieux à vos exigences. Il est presque parfait. Si seulement vous pouviez remplacer ce point par une virgule…

Si vous vous reconnaissez dans ce portrait, ce billet vous est destiné. Il vise à vous présenter un bagage minimal en matière de manipulation de styles et à présenter quelques modifications utiles. Au passage, il constitue un «tutoriel» de l’éditeur visuel de styles, disponible en ligne.

Avant de vous engager dans les modifications, demandez-vous si vous avez vraiment besoin d’un style personnalisé. S’il ne s’agit que de préférences personnelles, ne pouvez-vous pas vous accommoder de petites différences ? Chaque style a sa cohérence, qui peut être remise en cause par des modifications. De plus, vos personnalisations vous font perdre le bénéfice des corrections et autres mises à jour du style dont vous vous êtes inspiré. Si toutefois, toutes choses considérées, vous pensez vraiment avoir besoin de modifier un style, ce billet vous initiera en douceur et visuellement.

En revanche, plus vous voudrez faire de modifications, moins ce billet vous conviendra. Ainsi, nous n’abordons pas l’ajout de types de documents : nous partons de l’idée que le style sur lequel vous vous appuyez sait déjà afficher le document que vous voulez citer. De même, si vous voulez aller encore plus loin, par exemple écrire un style complet pour une revue, il vous faudra apprendre à écrire du CSL. Même si ce billet peut vous initier, nous vous recommandons d’assister en outre à un atelier de formation, comme le proposent de nombreuses bibliothèques universitaires ou des associations1. D’ailleurs, il nous arrive de nous associer à de telles initiatives. Frédérique Flamerie, de notre rédaction, donne accès à un riche document récapitulatif des formations qu’elle offre.

Sommaire

Ouvrir un style

Vous avez donc déjà trouvé un style qui vous convient presque parfaitement. Vous pouvez utiliser différents logiciels pour le modifier. Comme nous l’avions discuté dans un billet précédent consacré aux outils permettant de réviser des styles, pour des modifications mineures et lorsqu’on est peu familier de l’exercice, l’éditeur visuel en ligne à l’adresse http://editor.citationstyles.org est assez bien adapté.

Cet éditeur visuel a toutefois différentes limites. En théorie, il permet de rechercher un style par son nom, et de le modifier directement. Malheureusement, les styles de l’éditeur visuel ne sont pas mis à jour très régulièrement, et peuvent donc différer de ceux que vous utilisez dans Zotero. Pour partir de la dernière version du style, nous vous conseillons donc de charger manuellement le fichier CSL dans l’éditeur visuel. Pour cela, commencez par télécharger une copie du style en vous rendant sur le dépôt officiel des styles. Cherchez le style qui vous convient et cliquez sur son nom. Le connecteur Zotero vous proposera sans doute l’installation : refusez et enregistrez le ficher CSL sur votre ordinateur.

Pour les modifications proposées en exemple dans ce guide, vous allez utiliser le style «infoclio.ch (petites majuscules, Français)» (vous pouvez le télécharger en cliquant directement sur ce lien).

De retour dans l’interface de l’éditeur, sélectionnez l’onglet «Visual editor», choisissez «Load Style» dans le menu «Style» et sélectionnez le fichier CSL que vous venez d’enregistrer. Si le style est chargé dans l’éditeur, vous allez pouvoir passer aux modifications.

Capture d'écran montrant l'entrée "Load Style" dans le menu "Style"
Sélectionnez “Load Style” dans le menu “Style” en haut à gauche de l’interface pour utiliser le style de votre choix.

Si vous recevez un message d’erreur lorsque vous chargez un style, vous avertissant «Editing of dependent styles not yet supported», c’est que le style que vous avez choisi dépend d’un autre. En effet, certains styles ne sont qu’une sorte de raccourci vers un autre. Ils indiquent à Zotero d’utiliser cet autre style, dit «indépendant», pour mettre les références en forme.

De nombreux styles différents existent par exemple pour les revues spécialisées du groupe Springer Nature (Nature Biotechnology, Nature Chemistry, Nature Climate Change, etc), mais tous renvoient en fait au même style CSL qui définit les normes pour la revue Nature. En sciences humaines, pour citer un autre cas, la revue Business History renvoie au style Chicago Manual of Style 17th edition (note).

Si vous voyez un tel message, il vous faut donc apporter vos modifications au style indépendant. Par exemple, en essayant de charger le style Business History, le message d’erreur indique qu’il faut se tourner vers le style http://www.zotero.org/styles/chicago-note-bibliography, qu’il s’agit donc de télécharger puis de charger dans l’éditeur visuel.

Les éléments fondamentaux d’un style de citation

Avant de mettre les mains dans le «cambouis», il est important de prendre un moment pour comprendre l’organisation d’un style, ce qui vous aidera beaucoup à faire les modifications. Ouvrons donc le «capot»…

Les styles de citation utilisés par Zotero (parmi d’autres logiciels de gestion bibliographique) sont organisés selon les règles du langage CSL (Citation Style Language).

Comme le CSL est un langage XML, il est composés d’éléments qui s’écrivent sous la forme de balises entourées de chevrons <>, par exemple <style>. Pas de panique, vous ne modifierez pas directement le XML au cours de ce billet. Mais nous utiliserons les balises pour désigner les éléments.

Les éléments fondamentaux d’un style sont visibles à gauche dans l’éditeur visuel.

Capture d'écran d'une partie du panneau de gauche, montrant les entrées Style Info, Inline Citations et Bibliography
Le panneau de gauche de l’interface montre les éléments fondamentaux d’un style CSL : Style Info, Inline Citations, Bibliography et Macros.
  • Une première pièce, «Style Info» dans l’éditeur visuel, donne des informations générales sur le style : titre, auteurs, etc.
  • Les deux éléments suivants, «Inline Citations» et «Bibliography», décrivent le format des références figurant, respectivement, au cours du texte (en note ou dans le corps du texte) et dans la bibliographie. En CSL, ces éléments s’appellent <citation> et <bibliography>.
  • Les «Macros», <macro> en CSL, derniers éléments fondamentaux d’un style, sont des modules réutilisables, appelés par «Inline Citations» et «Bibliography». Ces modules permettent de définir le format d’une partie d’une référence (par exemple le titre ou la date de publication). Une <macro> peut elle-même faire appel à d’autres <macro>.

Chacun de ces éléments fondamentaux regroupe lui-même d’autres pièces plus petites, ce que l’éditeur visuel manifeste, dans le panneau de gauche, par une arborescence. Les plus importantes de ces pièces sont les suivantes.

  • «Text», c’est-à-dire <text>, qui permet notamment d’afficher le contenu d’un champ de la référence Zotero, comme le titre ou la maison d’édition, ou de faire appel à une <macro>.
  • «Names», <names>, qui permet d’afficher et de formater les noms propres des auteurs, directeurs de publication, etc.
  • «Date», <date>, pour les options spécifiques aux champs contenant des dates, comme la date de publication.
  • «Conditional», <choose> en CSL, qui permet de modifier l’affichage selon la présence ou la valeur d’une variable. On peut par exemple afficher seulement l’année si la référence est un livre, mais la date complète s’il s’agit d’un article de journal.
  • «Group», <group>, qui permet de regrouper d’autres éléments, dont <text>, <names>, <date> et <choose>, en indiquant les caractères qui entoureront le groupe ou en sépareront les membres.

Vous verrez ces éléments en action en faisant les modifications, ce qui clarifiera leur statut.

Avant toute chose : distinguer votre style de l’ancien

Lorsque vous aurez terminé vos modifications, il vous faudra enregistrer le fichier CSL résultant et l’installer dans Zotero. Seulement, si votre style modifié porte le même nom que votre style de départ, cela va poser des problèmes − vos modifications vont remplacer le style de départ, mais seront perdues si celui-ci fait l’objet d’une mise à jour.

Il faut donc donner une identité distincte à votre style, même pour des modifications mineures. Dans la rubrique «Info», vous devez changer les informations suivantes.

  • Son titre («Title»). Si c’est pour un usage personnel, il n’y a pas de règles. Vous pourriez par exemple indiquer : «Mon premier style modifié (Blog Zotero Francophone)».
  • L’ID : Par convention, l’identifiant est indiquée sous la forme d’une URL http://www.zotero.org/styles/ suivi du nom du style sous une forme simplifiée (sans accent, sans espace, sans caractère spécial sauf trait d’union). L’URL n’a pas besoin de pointer vers un fichier en ligne existant. L’URL doit être différente d’un ID déjà existant en ligne ou sur votre ordinateur, sinon il peut y avoir un conflit entre deux fichiers de style. Utilisez http://www.zotero.org/styles/mon-premier-style-modifie.
  • Le lien dont le champ rel est self dans la rubrique «Links», plus bas : Il faut remplacer l’URL du premier champ par celle que vous venez de choisir comme ID (http://www.zotero.org/styles/mon-premier-style-modifie).

Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi modifier d’autres éléments dans cette rubrique «Info», mais c’est moins important. Vous pourriez par exemple vous mentionner comme auteur de votre nouveau style, et supprimer le lien vers la documentation du style infoclio.ch.

Notons que les modifications faites dans l’interface n’affecteront pas directement vos styles. Elles ne sont valables que dans l’éditeur visuel. Pour pouvoir utiliser votre style modifié, il faudra donc le sauvegarder, le télécharger et l’installer dans Zotero.

Comme nous l’avions évoqué, c’est d’ailleurs une des limites de l’éditeur visuel, par rapport à d’autres manières de modifier des styles. Il n’y a pas de manière rapide de sauvegarder votre travail. Tant qu’on garde la page de l’éditeur visuel ouverte, les changements y sont conservés. Pour peu qu’on revienne à l’éditeur visuel plus tard, ou qu’on soit forcé de recharger la page, et les changements seront perdus. Raison supplémentaire pour limiter l’utilisation de cet outil à de petites modifications !

D’un autre côté, puisque les changements faits dans l’interface n’affectent pas les styles que vous utilisez, nous vous encourageons à expérimenter avec l’interface et les différentes options présentées, et à observer les conséquences.

Exemple 1 : Enlever ou ajouter des guillemets autour du titre d’un article

Pour commencer en douceur, vous allez enlever les guillemets qui, dans le style «infoclio.ch (petites majuscules, Français)», entourent le titre d’un article. En CSL, ce sont des options des différents éléments qui permettent de les séparer par de la ponctuation, de les entourer d’autres informations, de changer leur formatage, et ainsi de suite. Il faut donc trouver l’élément qui affiche le titre de l’article.

L’éditeur visuel vous facilite la vie. Dans le haut du panneau de droite figurent des exemples de références. Lorsqu’on survole les informations, l’éditeur visuel surligne dans l’arborescence à gauche les éléments qui sont impliqués dans leur formatage.

Capture d'écran montrant un exemple de référence formatée, un article scientifique, avec le curseur de la souris positionné sur le titre entre guillemets
Lorsqu’on survole une des références formatées, l’éditeur surligne l’élément sous le curseur.

Un clic sur l’élément qu’on veut modifier permet de déplier l’arborescence, et d’afficher ses options dans le bas du panneau de droite. Cliquez donc sur le titre de l’article entouré de guillemets, afin d’ouvrir l’élément <text> concerné.

Capture d'écran des boutons permettant de modifier le formatage
L’éditeur visuel vous propose de modifier la mise en forme des éléments grâce à une série de boutons simples : gras, italiques, souligné, petites majuscules, exposant, indice, guillemets, suppression des points.

Comme vous le constatez, une série de boutons permet de modifier le formatage pour afficher l’élément, entre autres, en gras ou en italiques. Un bouton affiche une paire de guillemets : en l’occurrence, il est activé. Un clic dessus, et vous avez réalisé votre première modification ! Vous pouvez vérifier le résultat dans les exemples affichés en haut à droite, qui se mettent automatiquement à jour.

Vous pourriez facilement procéder de la même manière si vous vouliez au contraire rajouter des guillemets autour d’une information, enlever les italiques utilisées pour le titre des ouvrages, etc.

Exemple 2 : Enlever le double point après le mot «in»

Vous voulez à présent enlever un signe de ponctuation qui sépare deux éléments ? Imaginons par exemple que vous vouliez enlever le double point qui suit le mot «in» dans le style «infoclio.ch (petites majuscules, Français)» pour les chapitres de livres.

Mares Isabela, Firms and the welfare state: When, why, and how does social policy matter to employers?, in: Hall Peter A. et Soskice David (éds.), Varieties of capitalism. The institutional foundations of comparative advantage, New York, Oxford University Press, 2001, pp. 184‑213.

Là encore, il faut trouver l’élément du style qui ajoute cette ponctuation. Comme précédemment, cliquez sur la partie qui vous intéresse dans les exemples de références en haut de l’écran. Ici, cliquez sur le mot «in» et prenez le temps d’examiner l’arborescence dépliée dans le panneau de gauche.

Arborescence de la Macro complete-reference
Le panneau de gauche de l’éditeur visuel affiche l’arborescence des éléments utilisés par le style. Ici, on voit que la <macro> in fait partie d’un élément <group>, lui-même un des nombreux membres d’un autre élément <group>.

En l’occurrence, si on remonte dans l’arborescence on constate que «in» est un élément <text>, inclus dans un élément <choose> ( Conditional), lui-même inclus dans une <macro> appelée in, incluse dans un <group>, qui est lui-même l’un des composants d’un autre <group>.

Mais d’où vient donc le double point qu’on aimerait supprimer ? Il y a deux manières principales d’ajouter des ponctuations dans un style CSL. D’une part, on peut les indiquer comme préfixes ou suffixes d’un élément, modifiables en bas du panneau de droite dans l’éditeur visuel. D’autre part, on peut aussi définir du texte pour délimiter les différentes parties d’un <group>. Cette seconde manière de faire est généralement préférable, pour éviter que la ponctuation n’apparaisse même lorsque les éléments qu’elle doit séparer ne s’affichent pas tous.

En l’occurrence, l’élément <text> qui affiche «in» n’a ni préfixe ni suffixe. Remontez dans l’arborescence. L’élément <choose> et le <if> qu’il contient ne permettent pas d’indiquer de ponctuation. La <macro> nommée in n’a pas non plus de préfixe ou de suffixe. En revanche, le <group> qui inclut la <macro> a bien défini un double point comme délimiteur.

Capture d'écran montrant le champ delimiter dans les options du Groupe
Les options permettent de modifier le texte delimiter qui sépare les éléments membres d’un <group>, ici celui qui contient un appel à la <macro> in.

Supprimez le contenu du champ «delimiter» et vérifiez le résultat dans les exemples affichés en haut à droite de l’éditeur.

Mares Isabela, Firms and the welfare state: When, why, and how does social policy matter to employers?, in Hall Peter A. et Soskice David (éds.), Varieties of capitalism. The institutional foundations of comparative advantage, New York, Oxford University Press, 2001, pp. 184‑213.

Selon ce que vous avez effacé, vous n’obtenez pas tout à fait ce que vous vouliez. En effet, le champ «delimiter» ne contenait pas seulement un double point, mais aussi une espace ! Si vous avez supprimé celle-ci, il convient donc de la remettre.

Quand vous faites ce changement, l’éditeur visuel vous prévient que vous avez modifié une <macro> utilisée à plusieurs reprises par le style («You just edited a macro which is used in multiple places»). En l’occurrence, le changement est bien circonscrit : vous êtes certain de ne jamais vouloir de double point dans le <group> qui commence par la <macro> «in». Vous pouvez donc rejeter («Dismiss») l’avertissement sans arrière-pensées. Toutefois, l’avertissement peut être utile, par exemple lorsqu’il pousse à remarquer qu’on a fait une modification en pensant à un type de document (la référence d’un livre) mais qu’elle s’applique aussi à d’autres cas pour lesquels on préférerait peut-être d’autres règles.

Exemple 3 : Remplacer la virgule par un double point entre le lieu et la maison d’édition

Prenons maintenant un cas apparemment similaire. Dans le style que vous modifiez, le lieu et la maison d’édition sont séparés par une virgule :

Mares Isabela, Firms and the welfare state: When, why, and how does social policy matter to employers?, in Hall Peter A. et Soskice David (éds.), Varieties of capitalism. The institutional foundations of comparative advantage, New York, Oxford University Press, 2001, pp. 184‑213.

Pour cet exercice, vous allez remplacer cette virgule par un double point.

Comme précédemment, un clic sur le lieu d’édition ouvre l’arborescence et y met en lumière l’élément qui vous intéresse. Or, cette fois, on constate que les <macro> «place» (pour le lieu) et «publishing-house» (pour la maison d’édition) se trouvent au même niveau hiérarchique que «creator» ou «title». Toutes font partie du même <group>, qui définit le texte , (virgule espace) comme délimiteur. Si on modifie simplement ce délimiteur, toutes les virgules ou presque seront remplacées par un double point, y compris entre le nom d’auteur et le titre, ou entre la date et l’indication des pages. Ce n’est évidemment pas le but recherché…

Cette fois, il faut donc ajouter un <group>, qui ne réunira que deux éléments <text>, qui feront appel aux <macro> affichant le lieu et la maison d’édition. Le bouton + en haut de l’arborescence permet d’ajouter un élément, en l’occurrence de type «Group». Celui-ci n’est probablement pas ajouté à l’emplacement qui vous convient dans l’arborescence. Par exemple, si c’est la <macro> «place» qui était sélectionnée, le <group> serait ajouté à l’intérieur de celle-ci.

Faites donc glisser le nouvel élément à l’endroit souhaité de l’arborescence. En l’occurrence, placez le nouveau <group> entre les <macro> «edition» et «place». Ceci fait, il faut que l’affichage du lieu et celui de la maison d’édition soient inclus dans votre nouveau <group>. Glissez donc l’un après l’autre les appels aux <macro> «place» et «publishing-house» dans votre nouveau groupe.

Arborescence de la macro complete-reference avec le nouveau Groupe correctement placé et comprenant les appels aux macros place et publishing-house
Ajoutez un <group> et glissez à l’intérieur de ce nouveau <group>, comme on le voit ici, les appels aux <macro> place et publishing-house.

L’effet est immédiatement visible dans les exemples de références en haut à droite de l’interface. Désormais, il n’y a plus de virgule entre le lieu et la maison d’édition. Il n’y a même plus de séparation du tout, les deux informations sont collées l’une à l’autre. Pour y remédier, remplissez le champ «delimiter» de votre nouveau <group>, en y indiquant pour commencer : , un double point suivi d’un espace.

Voilà qui est déjà mieux. Seulement, un double point est généralement précédé, en typographie francophone, d’une espace insécable. Pour ajouter celle-ci, il faut avoir recours à un code spécial. Dans le champ «delimiter», ajoutez &#160; avant :  − il s’agit du code représentant une espace insécable en XML. Il ne vous reste plus qu’à apprécier le résultat !

Mares Isabela, Firms and the welfare state: When, why, and how does social policy matter to employers?, in Hall Peter A. et Soskice David (éds.), Varieties of capitalism. The institutional foundations of comparative advantage, New York : Oxford University Press, 2001, pp. 184‑213.

Exemple 4 : Ajouter une virgule entre le nom et le prénom des auteurs

Supprimer un double point, remplacer une virgule… à ce stade, vous avez apparemment les compétences pour modifier la ponctuation d’un style. Ajouter une virgule entre le nom et le prénom des auteurs devrait donc être facile, n’est-ce pas ? Il s’agit certainement de modifier le «délimiteur» d’un <group>

Mais en fait, vous vous en doutez, les noms de personnes sont un cas particulier. Nom et prénom sont deux aspects d’une même réalité, et non deux informations distinctes qui peuvent être regroupées. Le standard CSL dispose donc de nombreuses options distinctes pour l’affichage des noms des personnes considérées comme autrices, éditrices, traductrices, etc.

Par un clic sur un nom dans les exemples de références, ouvrez donc l’arborescence à l’endroit approprié. Dans la <macro> «creator», on repère un élément <names> qui contient un élément <name>, qui contient lui-même <name-part>.

Capture d'écran montrant l'arborescence de Name-part au sein de Name au sein de Names au sein de la Macro creator
Examinez l’arborescence de la <macro> creator : Elle contient un élément <names> qui contient lui-même les éléments <name>, <label> et <substitute>.

L’élément <names> propose peu d’options. Comme un <group>, il dispose bien d’un champ «delimiter», mais celui-ci ne permet pas d’ajouter une virgule entre nom et prénom, comme vous le constaterez vous-même si vous en faites l’essai. L’élément <names> sert surtout à sélectionner quelles personnes doivent être affichées, grâce au champ «variable» qui se trouve en bas de la page : les auteurs, les éditeurs, les traducteurs, etc.

Passez donc à l’élément <name>. Ici aussi, on trouve un champ delimiter, mais celui-ci contient déjà une virgule. Ce n’est donc pas ce que vous cherchez. En revanche, la liste des options disponibles pour <name> est beaucoup plus longue. En survolant le nom de chacun de ces champs, l’éditeur visuel affiche une description de l’option. Vous pouvez aussi essayer de modifier les options pour en observer l’effet.

En l’occurrence, l’option qui vous intéresse est sort-separator. Comme l’explique l’infobulle, cela permet de définir le séparateur entre les parties d’un nom (prénom et patronyme), si ces parties ont été inversées à cause de name-as-sort-order.

Pour bien comprendre, jetez un œil à cette option. Celle-ci sert à décider si les noms doivent être modifiés pour correspondre à l’ordre de tri de la bibliographie. Celle-ci étant traditionnellement (dans de nombreuses disciplines) classée par ordre alphabétique des patronymes, il est pratique d’afficher ces derniers au début de la référence («Dupont, Jean» et non «Jean Dupont»). name-as-sort-order permet de choisir entre trois options.

  • Si le champ est laissé vide, l’affichage n’est pas modifié pour tenir compte du tri alphabétique : «Jean Dupont et John Smith».
  • Si le champ est défini à first, l’inversion patronyme-prénom ne concerne que le premier nom : «Dupont Jean et John Smith».
  • Enfin, all applique l’inversion à tous les noms : «Dupont Jean et Smith John».

En l’occurrence, c’est all qui a été choisi dans le style que vous modifiez. Si vous laissez cette option, il est alors possible de définir du texte pour séparer patronymes et prénoms lorsque leur ordre a été inversé. Pour obtenir le résultat recherché, indiquez donc , (virgule suivi d’une espace) comme sort-separator. Attention toutefois, sort-separator contient déjà une espace, qui n’est pas forcément sélectionnée lorsqu’on clique sur le champ.

Options de l'élément Name
L’élément <name> propose de nombreux paramètres. Pour cet exemple, modifiez le champ sort-separator qui permet d’ajouter une ponctuation entre patronyme et prénom lorsque leur ordre est inversé.

Mares, Isabela, Firms and the welfare state: When, why, and how does social policy matter to employers?, in Hall Peter A. et Soskice David (éds.), Varieties of capitalism. The institutional foundations of comparative advantage, New York : Oxford University Press, 2001, pp. 184‑213.

Une fois ce changement réalisé, ne vous reposez pas sur vos lauriers et restez attentifs : votre modification ne s’est pas appliquée aux noms des éditeurs de la publication collective (Hall et Soskice dans l’exemple par défaut de l’éditeur visuel). Il se trouve que le style utilise une autre <macro>, «container-creator», pour afficher ces noms. Un clic sur la partie correspondante dans les exemples de références permet à nouveau d’ouvrir l’arborescence au bon endroit, et de répéter l’opération pour rester cohérent.

Et voilà le résultat :

Mares, Isabela, Firms and the welfare state: When, why, and how does social policy matter to employers?, in Hall, Peter A. et Soskice, David (éds.), Varieties of capitalism. The institutional foundations of comparative advantage, New York : Oxford University Press, 2001, pp. 184‑213.

Quelques-unes des subtilités concernant les noms des auteurs

Comme vous l’aurez constaté, les <macro> affichant les noms dans ce style comprennent un ensemble d’éléments. L’élément <names> contient ainsi <name>, que vous venez de modifier, ainsi que <name-part>, <label> et <substitute>. Dans l’éditeur visuel, vous pouvez en apprendre plus sur chacun de ces éléments en les survolant avec le curseur et en lisant l’infobulle (en anglais) qui s’affiche.

L’élément <name> est celui, comme on vient de le voir, qui comprend le plus d’options. Outre l’inversion éventuelle des parties du nom et la ponctuation pour séparer celles-ci, il permet par exemple de définir à partir de combien de noms le style doit en remplacer certains par l’expression «et al.» (et-al-min), et combien de noms doivent être affichés lorsque «et al.» est présent (et-al-use-first).

Il y a toutefois une subtilité concernant les options de <name>. Celles-ci peuvent aussi recevoir une valeur par défaut. Cette valeur par défaut peut être définie pour l’ensemble du style, mais aussi plus spécifiquement au niveau de l’élément <citation>, pour toutes les références faites au cours du texte, ou de <bibliography> pour celles de la bibliographie.

En l’occurrence, vous constaterez que le style utilise le mot «et» entre les deux derniers noms. Pourtant, dans les éléments que vous venez de modifier, l’option correspondante, and n’est pas définie à text (qui produit l’affichage du «et»), mais est laissée vide. Si on sélectionne la catégorie «Global Formatting Options» dans le panneau de gauche, on constate que l’option and est définie à text à cette échelle plus globale. En l’occurrence, c’est donc ici qu’il faut agir si l’on souhaite modifier cet affichage.

L’élément <name-part> permet de donner une mise en forme spécifique à une des parties du nom affiché. En l’occurrence, <name-part> concerne le patronyme (attribut name défini à family), et lui applique des petites majuscules. Grâce aux boutons de mise en forme et à l’option text-case, il est possible de modifier ce format, par exemple pour enlever les petites majuscules et afficher le patronyme en majuscules (text-case défini à uppercase).

L’élément <label> sert à afficher les qualificatifs comme «éditeur», «traducteur», etc. Ce n’est pas lui qui définit le texte à utiliser (nous verrons dans un prochain exemple comment modifier celui-ci), mais il indique la forme à utiliser, par exemple long pour «éditeur», short pour «éd.», verb pour «édité par», etc. Il permet en outre d’ajouter des préfixes et suffixes (comme des parenthèses) et des mises en forme (italiques, petites majuscules, etc.)

Enfin, l’élément <substitute> entre en jeu si le nom sélectionné dans <names> n’est pas défini. Par exemple, dans la <macro> «creator», <names> cherche à afficher les auteurs (author). Or, si on cite un ouvrage collectif, il n’y a pas d’auteur de l’ouvrage, mais seulement des éditeurs ou directeurs de publication. Dans l’élément <substitute>, on trouve donc un autre élément <names>, qui sélectionne cette fois les éditeurs (editor). En l’absence d’auteur, le style leur substituera donc les éditeurs, en leur appliquant le formatage défini pour les auteurs. S’il n’y a pas non plus d’éditeurs, il passera à la variable suivante dans l’élément <substitute>.

Exemple 5 : Passer l’indication «ibid» en italiques

Après ces exemples concernant des signes de ponctuation, passons à une modification d’un autre type, concernant la typographie d’une des informations. Même si les exemples affichés par l’éditeur visuel ne le montrent pas, vous avez repéré qu’il affiche l’expression «Ibid.» lorsque deux renvois au même document se suivent. Il s’agit d’un mot latin, or vos consignes bibliographiques prescrivent le recours à l’italique pour les mots de langues étrangères.

Cette fois, il ne suffit pas de cliquer sur un des exemples. Il faut donc explorer l’arborescence affichée à gauche de l’interface. Comme ce cas de figure ne se présente pas pour la bibliographie, mais seulement pour les références faites dans les notes d’un texte, dépliez l’élément <layout> sous le titre «Inline Citations».

On y repère tout d’abord, à un premier niveau, un élément Conditional <choose>. Celui-ci permet de vérifier certaines conditions et de modifier l’affichage selon la situation. En l’occurrence, les deux premiers éléments qu’il contient semblent prometteurs : l’interface les décrit comme «If ibid-with-locator» et «Else-If ibid». Regardez mieux le premier, «If ibid-with-locator» :

Capture du panneau de droite montrant la configuration de l'élément If: "if all of the following conditions are met: The Position is ibid-with-locator"
L’élément <if>, inclus dans l’élément <choose> permet d’afficher son contenu seulement à certaines conditions, ici lorsque la position est définie à ibid-with-locator.

Comme l’indique le panneau droite de l’interface, ce que contient l’élément <if> s’affichera lorsque la position sera ibid-with-locator. Que signifie cette expression ? Dans un style CSL, une référence dans le texte ou en note peut avoir différentes «positions». Si le document n’a encore jamais été cité dans le document, il reçoit seulement la position first. S’il a déjà été référencé, il reçoit la position subsequent. S’il vient d’être cité, il reçoit, en plus de la position subsequent, soit la position ibid, soit la position ibid-with-locator. Pour simplifier, la position est ibid s’il vient d’être cité exactement de la même manière, et ibid-with-locator s’il y a un changement de «locator», c’est-à-dire l’indication des pages, chapitres, volumes, figures, etc. concernés.

Ici, l’élément <if> qui s’applique si la position est ibid-with-locator contient un groupe comprenant deux éléments <text>. Le premier s’appelle «ibid (term)» dans l’interface, et semble donc très prometteur. En le sélectionnant, on peut alors en modifier l’affichage dans les options, et en l’occurrence lui appliquer des italiques dans les paramètres de «Text formatting».

Capture d'écran montrant l'arborescence dépliée de l'élément if, comprenant un Group contenant lui-même deux éléments Text, «ibid (term)» et «locator (macro)»
L’élément <if> qui s’applique lorsque la position est ibid-with-locator comprend un <group> de deux éléments <text>, «ibid (term)» et «locator (macro)».

Toutefois, cette modification ne s’appliquera que lorsque la référence a la position ibid-with-locator. Procédez donc de la même manière avec la deuxième condition que contient le <choose>, «Else-If ibid», qui s’applique lorsque la position de la référence est définie à ibid.

Pour vérifier le résultat, il faut personnaliser les exemples utilisés dans le panneau de droite de l’éditeur visuel. Le menu déroulant «Example citations», en haut à droite, vous permet de modifier les types de documents utilisés comme exemples, et d’en ajouter jusqu’à un maximum de trois. Pour tester vos modifications de «ibid», ajoutez donc un troisième exemple.

Capture d'écran du menu Example citations, avec trois entrées : Citation 1, Citation 2, Citation 3, le curseur pointant sur cette dernière
Pour visualiser vos modifications du mot «ibid.», ajoutez un troisième exemple de référence grâce au menu «Example citations».

Il faut que celui-ci soit de même type que le deuxième exemple, afin qu’il s’agisse du même document et que le «ibid» s’affiche. Par défaut, l’éditeur visuel utilise la thèse de doctorat de Stephen Hawking comme deuxième exemple, il faut donc cocher «thesis». Avec le menu déroulant à droite, vous pouvez ajouter un «locator» pour tester vos deux modifications. Tout fonctionne ? Félicitations !

Capture d'écran de la fenêtre d'ajout d'un troisième exemple de référence, avec la case «thesis» sélectionnée, et le curseur pointant sur l'entrée d'un menu déroulant affichant «Locator: Pages 244-255»
Choisissez «thesis» pour votre troisième exemple de référence formatée, et utilisez le menu déroulant pour y ajouter un locator, c’est-à-dire une indication de pages.

Exemple 6 : Supprimer l’affichage d’une information

Le style de votre choix indique systématiquement une information qui ne devrait pas y figurer ? Vos consignes bibliographiques vous obligent par exemple à supprimer l’indication de l’URL que le style infoclio.ch affiche très souvent ?

Cette fois encore, il s’agit d’abord de trouver la partie du style qui affiche cette information. Lorsque vous l’avez identifiée, vous pouvez sélectionner l’élément correspondant dans l’arborescence, et utiliser le petit bouton - (signe moins) en haut du panneau de gauche.

Le problème consiste à identifier correctement l’élément concerné. Vous le remarquerez facilement si vous vous contentez de sélectionner l’URL dans les exemples du panneau de droite, et de supprimer l’élément ainsi sélectionné. Vous vous retrouverez alors avec une paire inutile de chevrons <>… Ce n’est pas ce que vous vouliez ! Annulez donc cette manipulation (Menu «Edit», «Undo»).

À ce stade du billet, vous connaissez l’existence des <macro>, des <group> et des <choose>. Cette connaissance peut vous aider à comprendre les embranchements qui mènent à l’affichage des URL. Premier constat : l’URL affichée par les exemples de l’éditeur visuel est en fait la variable DOI, affichée par un élément <text>, imbriqué dans un <group>. Deuxièmement, ce <group> fait partie d’une <macro> appelée url-or-doi, qui utilise un élément <choose>. Un clic sur les éléments <if> et <else-if> vous renseigne sur les conditions : si la variable DOI est renseignée, c’est le premier <group> qui est utilisé ; si ce n’est pas le cas, mais en présence de la variable URL, un autre <group> est utilisé.

Arborescence des éléments du style, montrant le contenu des Macros url-web-documents-only et url-non-web-documents
Examinez attentivement l’arborescence pour cet exemple. La <macro> url-or-doi est appelée par deux autres <macro>, url-web-documents-only, et url-non-web-documents. C’est la seconde que vous devez enlever de l’arborescence.

La solution pourrait donc paraître simple − supprimer la <macro> url-or-doi. Mais selon quel élément vous avez sélectionné dans l’arborescence, il se pourrait bien que cela ne fonctionne pas, ou que vous provoquiez des changements non souhaités. En effet, observez mieux encore l’arborescence. La <macro> url-or-doi est appelée à deux endroits différents. D’une part, elle est incluse dans un élément Conditional <choose> dans une <macro> url-web-documents-only (c’est probablement cet élément que l’éditeur visuel a déplié dans l’arborescence lorsque vous avez cliqué sur l’URL des exemples). D’autre part, sur une autre branche, elle est incluse dans la <macro> url-non-web-documents.

Le nom de ces deux <macro> est assez explicite, mais inspectez-les tout de même. La <macro> url-web-documents-only ne fait appel à url-or-doi que lorsque le document est d’un des types suivants : webpage, post, post-weblog ou dataset2. L’autre <macro>, url-non-web-documents, pose quant à elle la condition exactement inverse. Elle n’affiche son contenu que lorsque le document n’est d’aucun de ces types.

Dans cette situation, il faut prêter garde au contexte de la <macro> url-or-doi sélectionnée avant de cliquer sur le bouton -. Sans doute ne voulez-vous pas supprimer l’affichage des DOI et des URL pour les documents spécifiques au web, sous peine de vous retrouver avec des références bibliographiques incomplètes. Or, c’est ce qui se produira si vous avez sélectionné url-or-doi au sein de url-web-documents-only

Plutôt que de supprimer seulement l’élément <text> affichant l’URL, ou la <macro> url-or-doi, retirez donc l’appel à la <macro> url-non-web-documents de l’arborescence. Cette fois, vous obtenez le résultat souhaité !

Attention à ne pas supprimer la <macro> url-non-web-documents de la liste des Macros en bas du panneau de gauche en la laissant dans complete-reference. url-non-web-documents est une <macro>, donc un module réutilisable : en supprimant le module sans supprimer son inclusion par d’autres éléments, on risque de se retrouver avec un style défectueux.

Exemple 7 : Changer la manière d’indiquer les pages

Pour terminer, voyons une modification un peu plus compliquée : celle qui concerne un texte affiché par le style, tel que l’indication des pages. Dans le style que vous modifiez, lorsqu’on renvoie à plusieurs pages, l’abréviation utilisée est «pp.». Pour cet exercice, vous voudriez utiliser «p.», que le renvoi concerne une seule page ou plusieurs.

Commencez comme vous l’avez fait jusqu’ici, c’est-à-dire en cliquant sur le passage correspondant dans les exemples de références montrés dans le panneau de droite. Dans l’arborescence, cela ouvre la <macro> «pages», qui fait usage d’un élément Conditional <choose>, qui appelle la <macro> «locator» s’il y a une telle indication, et sinon utilise un groupe qui combine un élément <label> et un élément <text>. L’élément <text> est chargé d’afficher la variable page, autrement dit l’information contenue dans le champ correspondant de votre notice Zotero. Le clic sur «pp.» indique que c’est bien à l’élément <label> qui vous intéresse.

Seulement, dans le panneau de droite, il ne semble pas y avoir une manière de remplacer «pp.» par «p.». Aucun texte n’est défini ici. Les seuls options concernant <label> sont les suivantes (de haut en bas).

  • L’affichage du pluriel (plural). Il est défini ici comme contextual, ce qui affiche la forme correspondant au nombre de pages, tandis que always et never imposent l’utilisation du pluriel et du singulier, respectivement.
  • La variable à laquelle ce <label>, cette «étiquette», correspond − en l’occurrence, c’est bien des pages qu’il s’agit, inutile donc de modifier cette option.
  • La form, courte, longue ou un symbole («§» est un exemple de symbole pour le locator «section») − en l’occurrence, vous ne voulez pas de l’expression longue («pages»), et il n’y a pas de symbole pour les indications de pages.

Avec la première option, vous pourriez atteindre votre objectif. En utilisant never, vous pourriez forcer l’utilisation du singulier et donc de «p.». Seulement, cela n’explique pas comment <label> sait qu’il doit utiliser «p.» et pas, par exemple, l’abréviation allemande «S.». Laissez donc plural défini à contextual, car vous allez modifier l’indication des pages d’une autre manière.

L’élément <label> utilise des textes prédéfinis pour chaque langue. Certains styles peuvent être utilisés pour plusieurs langues, auquel cas c’est l’utilisateur du style qui choisit dans l’interface de Zotero. D’autres, et c’est le cas du style infoclio.ch que vous modifiez ici, prédéfinissent la langue, en l’occurrence le français, comme vous pouvez le voir dans le champ default-locale des «Global Formatting Options».

Pour chaque langue, des «termes» (<term>) sont prédéfinis pour des informations comme «page», «chapitre», «réalisateur», «traducteur», «consulté le», ou encore «et al.». Ces ensembles de définitions sont réunis dans des fichiers appelées (en anglais) «locales», et livrés avec Zotero (ou tout autre logiciel capable d’utiliser des styles CSL). On peut par exemple consulter la «locale» du français sur le compte Github de CSL. On constate alors que celle-ci définit «p.» et non «pp.» comme forme plurielle courte du terme «page» :

  <term name="page" form="short">
    <single>p.</single>
    <multiple>p.</multiple>
  </term>

Si le style que vous modifiez affiche «pp.», ce n’est donc pas à cause de la «locale» par défaut du français. Les styles peuvent en effet définir leurs propres termes, qui prennent alors le pas sur ceux de la «locale» par défaut. Dans l’éditeur visuel, cela se passe tout en bas du panneau de gauche, sous le titre «Advanced» (hé oui, ce n’est pas un hasard si cet exemple est le dernier de ce billet !). On y trouve un élément <locale>, qui contient un certain nombre d’éléments <term>. En les ouvrant un à un, on trouve alors celui dont l’option name est définie à page, et qui définit «p.» comme texte pour le singulier («Single»), et «pp.» comme texte pour le pluriel («Multiple»). Il n’y a plus qu’à modifier cette dernière définition ! (On pourrait aussi supprimer cet élément <term>, pour que la définition de la «locale» par défaut s’applique).

Capture d'écran montrant le panneau de gauche avec les Terms dépliés, et une entrée "Multiple" sélectionnée, et le panneau de droite avec le champ "text value" de cette entrée défini à "p."
Vous pouvez modifier la valeur d’un <term> en trouvant le bon dans l’arborescence de la <locale>, sous le titre «Advanced» dans le panneau de gauche de l’éditeur visuel.

Certes, en l’occurrence, vous auriez pu vous contenter de forcer l’utilisation du singulier pour les éléments <label> de la variable «page» − mais grâce à cette connaissance des «locales» et des termes, vous pourriez modifier d’autres indications. Par exemple, remplacer «éd.» et «éds.» pour les personnes ayant dirigé la publication d’un ouvrage par «dir.». Une modification que nous vous laissons faire, en guise d’exercice final !

Enregistrer, valider et installer votre style

Il est temps d’enregistrer votre style modifié et de l’installer dans Zotero. Normalement, il suffit pour cela de sélectionner «Save Style» dans le menu «Style» puis de cliquer sur le bouton «Download Style» dans la nouvelle fenêtre qui s’ouvre.

Malheureusement, à l’heure de la publication de ce billet, un problème dans l’éditeur visuel empêche parfois de passer par ce moyen facile. Si le problème n’a pas été résolu au moment où vous consultez ce billet, voici comment le contourner : dans l’interface, sélectionnez «Code editor». En bas de l’écran, vous verrez alors le code source de votre style. Sélectionnez tout ce code, copiez-le et collez-le ensuite dans une fenêtre d’un éditeur de texte tel que Atom, NotePad++, TextWrangler, VS Code, etc. Si vous n’avez aucun logiciel de ce type installé, utilisez le Bloc-notes sur Windows ou TextEditor sur Mac. Enregistrez ensuite ce fichier sous le nom mon-premier-style-modifie.csl.

Une fois votre style enregistré, pensez à le valider avec le Validateur en ligne.

Enfin, pour l’installer dans Zotero, il suffit de passer par l’interface habituelle. Dans les préférences de Zotero, à l’onglet «Citer», au lieu de cliquer sur «Obtenir d’autres styles…», utilisez le bouton + pour sélectionner votre fichier mon-premier-style-modifie.csl… et voilà !

Conclusion

Si vous avez suivi toutes les modifications proposées par ce billet, vous serez passé de références formatées comme ceci :

Mares Isabela, « Firms and the welfare state: When, why, and how does social policy matter to employers? », in: Hall Peter A. et Soskice David (éds.), Varieties of capitalism. The institutional foundations of comparative advantage, New York, Oxford University Press, 2001, pp. 184‑213.

Hawking Stephen, Properties of expanding universes, Doctoral thesis, Cambridge, UK, University of Cambridge, 1966. En ligne: <https://doi.org/10.17863/CAM.11283>, consulté le 27.04.2019.

À des références ressemblant à présent à cela :

Mares, Isabela, Firms and the welfare state: When, why, and how does social policy matter to employers?, in Hall, Peter A. et Soskice, David (dir.), Varieties of capitalism. The institutional foundations of comparative advantage, New York : Oxford University Press, 2001, p. 184‑213.

Hawking, Stephen, Properties of expanding universes, Doctoral thesis, Cambridge, UK : University of Cambridge, 1966.

Ces exemples ponctuels de changement vous ont initié, entre autres, aux <group> et à leurs délimiteurs ; à la possibilité d’ajouter un <group> ; aux détails des éléments servant à afficher les noms des auteurs et autres personnes participant à la création d’un travail référencé ; à la suppression de l’appel à une <macro> ; ou encore à l’utilisation de <term>.

Ces quelques éléments, et les manipulations montrées dans l’interface, devraient vous permettre de faire de petites modifications à un style. Malheureusement, il n’est pas impossible que vous vous heurtiez à différents obstacles…

Premièrement, même s’il est possible de personnaliser les exemples de références donnés en haut à droite de l’interface, ajouter des références de sa propre bibliothèque est difficile. Vous êtes donc limité par les exemples proposés, qui ne vous conviendront pas forcément. Pour tester votre style avec votre propre bibliothèque, il n’est donc pas inutile de se tourner vers l’éditeur intégré à Zotero. Nous vous renvoyons à ce propos encore une fois à notre billet consacré aux outils pour éditer du CSL.

Ensuite, tous les styles ne naissent pas égaux. Selon la manière dont ils ont été conçus, certains seront plus simples à modifier que d’autres. Nous pouvons vous signaler, comme styles bien structurés et se prêtant donc bien à des modifications : IEEE; ISO-690 en version francophone; APA (American Psychological Association), même si ce dernier est compliqué; ou encore, au rayon «auto-promotion», outre le style infoclio.ch utilisé dans ce billet, le style de l’École doctorale de droit de l’Université de Bordeaux. Il est possible que le style que vous souhaitez modifier ne soit pas approprié, auquel cas il vous faudra essayer d’en choisir un autre comme point de départ, ou vous former pour mieux comprendre le CSL.

En effet, le code des styles répond aux règles du CSL (Citation Style Language), qui s’écrit en XML. Or, c’est un deuxième obstacle, l’interface visuelle ne peut rendre compte qu’imparfaitement du code du style, et des règles précises qui le gouvernent. Même pour des modifications simples, les règles détaillées dans la spécification officielle, plus précises et plus complètes que les infobulles de l’éditeur, peuvent assurément servir. Lorsqu’on accumule les manipulations dans l’éditeur visuel, le risque augmente de créer un style qui n’est pas valide selon les règles CSL. Comme nous le disions en introduction, il est alors préférable de suivre un atelier de formation au CSL.

Au fond, nous espérons que les manipulations présentées dans ce billet vous aident non seulement à faire les petites modifications dont vous avez besoin, mais vous encouragent aussi à passer le pas. Après tout, vous l’avez vu, les éléments de l’éditeur visuel correspondent à ceux de CSL : un Group n’est autre qu’un <group>… Pour vous initier à la modification de CSL, vous trouverez dans la documentation Zotero un guide «pas à pas» pour faire, directement en CSL, des modifications similaires à celles présentées dans ce billet.

Bonne chance !

  1. En France, vous pouvez par exemple vous tourner vers le réseau des URFIST. []
  2. Notons que le type de document dataset (jeu de données) n’est pris en charge que de manière indirecte par Zotero, comme l’explique la page de la documentation «Les types de documents et les champs associés dans Zotero». []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.